.

Qu’est-ce que l’abeille solitaire ?

Qu’est-ce que l’abeille solitaire ?

Chris Tophe mai 5, 2021 Infos Générales 0Commentaires

Qu’est-ce que l’abeille solitaire ?

Les abeilles constituent les principaux insectes pollinisateurs des plantes à fleurs dans le monde. À elles, s'ajoutent après certains insectes comme les papillons, les mouches, etc. Les abeilles assurant cette pollinisation se déclinent sous différents groupes. Celui des abeilles sociales qui sont les plus connues et le groupe des abeilles solitaires. Ces dernières malgré leur nombre important sont moins connues. Non seulement elles sont les protagonistes de la pollinisation des fleurs, mais elles constituent aussi de vraies alliées du jardinier. Zoom sur l'abeille solitaire.

Les abeilles solitaires : qui sont-elles ?

Les abeilles solitaires, contrairement à celles sociales, sont moins connues même si elles sont importantes dans la population mondiale des abeilles. Elles font par exemple 80% de l’effectif total des abeilles en France et se déclinent en plus de 20 000 espèces dans le monde. Comme leur nom l’indique, elles vivent et se débrouillent le plus souvent toutes seules. 

Les abeilles solitaires se déplacent très rarement en colonies importantes. Toutefois, des essaims d’abeilles solitaires peuvent se former pendant le printemps. Ainsi, elles font preuve d'une grande discrétion et échappent à l’attention. Pourtant, elles constituent une véritable sentinelle de l’environnement. 

En effet, à elle seule, l’abeille solitaire assure 35% de la pollinisation des plantes à fleurs aussi bien au verger, au potager que dans le jardin. Les abeilles solitaires contrairement à l'Apis Mellifera (abeilles sociales) ne produisent pas malheureusement du miel. Donc pas de butin pour les sauvegarder.

Parmi l’effectif pléthorique des espèces d’abeilles solitaires existantes, les plus connues sont entre autres l'osmie, l’abeille charpentière et l’abeille tapissière.

L’osmie 

Aussi appelée l’abeille maçonne, l'osmie est l'une des abeilles solitaires les plus courantes à trouver. Elle est repérée grâce à son corps trapu et velu, roux orangé le plus souvent strié de noir. C'est elle qui assure la pollinisation des premiers arbres fruitiers très tôt dans la saison avant les abeilles sociales.

L’abeille charpentière 

Celle-ci se reconnaît grâce à son corps massif de couleur noire bleutée et à son vrombissement en cours de vol. Très tôt dans la saison, l’abeille charpentière assure tout comme l'osmie, la pollinisation des premiers arbres fruitiers, mais également celle des premiers légumes et des arbustes d’ornement.

L’abeille tapissière 

Aussi courante que l’osmie et l’abeille charpentière, l’abeille tapissière est régulière au jardin et constitue son nid en découpant des feuilles. Elle se reconnaît grâce à son corps qui le plus souvent s'affine vers sa partie antérieure avec son thorax aux tons bruns généralement velu et sa partie inférieure rayée de noir. L’abeille tapissière joue également un rôle très important dans la pollinisation.

Quelles différences entre l’abeille sociale et l’abeille solitaire

Quelles différences entre l’abeille sociale et l’abeille solitaire ?

L’abeille solitaire vit en solitaire et n’a pas de reine de colonie contrairement à ses congénères les abeilles sociales. En ce qui concerne le régime alimentaire, l’abeille solitaire se nourrit à l'âge adulte du nectar des fleurs qu’elle pollinise. Pour nourrir ses larves, la femelle collecte le pollen grâce à ses poils, aspire et butine le nectar qu'elle mélange plus tard avec le pollen. C'est ce mélange qui servira à nourrir les larves.

Concernant la reproduction et la progéniture, l’abeille solitaire pond généralement une dizaine d'œufs, lesquels sont logés de façon individuelle (ou par petits groupes) dans des galeries préalablement repérées ou creusées pour la nidification. 

Contrairement à elle, les abeilles sociales (en occurrence les reines) ont un métabolisme très particulier et actif. En effet, les reines des abeilles sociales peuvent produire jusqu’à 2000 œufs par jour pendant la saison de ponte.

Par ailleurs, chez l’abeille solitaire, une fois la ponte des œufs achevée, l’abeille qui a pondu meurt généralement avant la fin du développement des larves. Tel n’est pas le cas chez la reine des abeilles sociales.

En outre, les abeilles solitaires ont une espérance de vie assez courte. Elles vivent généralement moins d'un an et perdent la vie avec l'arrivée de l'hiver tandis que la reine, les ouvrières d'été et celles d'hiver chez les abeilles sociales vivent en moyenne respectivement entre 3 et 5 ans, entre 5 et 6 semaines et de 5 à 6 mois.

Où vit l’abeille solitaire ?

Pour se loger, l’abeille solitaire préfère s’abriter dans de petites cavités où elle pourra également pondre ses œufs. Comme dans des galeries creusées dans le sol ou dans un bois mort, de tiges creuses des plantes à moelle, etc.

Lorsqu’il n’y a pas où s’abriter ou lorsque les conditions ne lui permettent plus de continuer à se loger dans son ancien nid, l’abeille solitaire a souvent tendance à s’installer dans les trous d’aération des fenêtres ou dans le trou d’un volet.

L’abeille solitaire est-elle dangereuse ?

L’abeille solitaire est totalement inoffensive. Elle ne pique jamais volontairement et n’attaque que lorsqu’elle se sent vraiment agressée. Par ailleurs, sa piqûre est bénigne et n’est pas douloureuse. Ainsi, s'il arrivait qu’un essaim se crée au milieu de votre jardin au printemps, prenez garde sinon évitez de les chasser et de leur marcher dessus. Cela pourrait les irriter.

Quels rôles joue l’abeille solitaire dans le jardin ?

Les abeilles solitaires constituent de bons auxiliaires au jardin. En effet, elles assurent la pollinisation des fleurs épargnées par les abeilles sociales. Aussi, certaines fleurs particulières ne sont pollinisées que par les abeilles solitaires.

Elles pollinisent également ces fleurs particulières du jardin outre les fleurs laissées par leurs congénères sociales. Grâce au pollen récolté et butiné déjà au mois de mars, ces insectes pollinisent les toutes premières fleurs des fruitiers favorisant ainsi une bonne réussite de la prochaine récolte. Elles participent activement à l’équilibre général du jardin.

Pourquoi ne pas confectionner votre propre niche pour abeille solitaire

Attirer les abeilles solitaires au jardin : comment s'y prendre ?

Malgré leurs nombreux atouts, les abeilles solitaires voient leurs milieux de vie naturels, notamment les haies et les prés, de plus en plus menacés. Pour les sauvegarder, une alternative est de les attirer dans votre jardin pour qu'elles y fassent leur nid et s’y reproduisent. 

Pour attirer les abeilles solitaires dans votre jardin et bénéficier de leurs atouts, pensez à planter des fleurs mellifères, des arbustes à moelle ou à tiges creuses (le buddléia ou arbre à papillon, la weigela, l’hydrangea, le framboisier, le deutzia, la symphorine, etc.) et des arbres fruitiers pour leur fournir des galeries où pour nidifier et procréer.

Vous pouvez par exemple planter des plantes aromatiques, laisser des coins du jardin en jachères pour que les plantes sauvages (berce, chélidoine, lierre terrestre, pâquerette, pissenlit, renoncule, tanaisie…) s’y développent, construire des abris pour insectes à l’aide de tiges creuses de sureau, des framboisiers, etc.  

Par ailleurs, pensez à étaler les floraisons sur l’année afin d’offrir à plein temps le nectar aux insectes. Aussi, il faut éviter de laisser traîner les variétés horticoles qui sont beaucoup recherchées au profit des plantes indigènes surtout aux formes simples. La conservation de parterre de sable dans le jardin pour permettre à certaines abeilles solitaires d'y construire leur abri est également une très bonne initiative.

Enfin, accordez une place prépondérante dans votre jardin pour les plantes telles que l’achillée, l’aster, la marguerite, la verge d'or, l’au

La giroflée ravenelle, la lavande, la campanule, le sédum, le fenouil, la menthe, l'origan, la sauge, le thym et la bourrache. Ces dernières sont très prisées par les abeilles solitaires.

Cependant, afin d'assurer leur survie et le bien-être nécessaire, il est impératif de laisser tomber l’entretien de votre jardin avec les divers insecticides, pesticides servant pour. En outre, pour la sauvegarde de ces insectes alliés du jardinier, il faut mettre en garde les plus jeunes de peur qu'ils n'importunent les butineurs.

Pourquoi ne pas confectionner votre propre niche pour abeille solitaire ?

Il est possible d’installer dans votre jardin, un abri à abeilles solitaires. Il s’agit d'un abri constitué de plusieurs plateaux amovibles et qui reproduit au mieux le diamètre des tiges creuses où pond l’abeille solitaire. Ce type d'abri est généralement conçu à l’aide d'un bois issu des forêts et ne nécessite aucun traitement.

Si non, vous pouvez vous-même en confectionner un abri à votre guise. Vous pouvez par exemple à l’aide d'une boîte de conserve, des tiges creuses en bambous par exemple et de la pâte d’argile, confectionner un petit hôtel à abeilles solitaires. Si la boîte de conserve ne vous semble pas bien espacée, vous pouvez toutefois vous servir de briques creuses bouchées au mortier en guise de niche.

Cependant, s’il s’agit des briques, il est important de bien préparer la mixture à contenir et bien les sécher avant l’installation. Pour les niches avec tiges creuses, choisissez un bois approprié et essayer de placez votre niche à 50 cm du sol au minimum.

Pour la période d’installation de votre hôtel à insectes, faites-le déjà dès janvier pour accueillir les premières abeilles qui sortent lorsque les températures avoisinent les 12° et placez la niche à l'abri de toutes intempéries.

Par ailleurs, pensez à loger votre niche dans votre jardin, lequel vous auriez apprêté pour l’accueil des abeilles. Enfin, orientez la niche vers le sud ou le sud-ouest pour qu'il soit dos aux vents dominants et face au soleil du matin.

Laissez votre commentaire !

*
**Pas publié !
*URL avec  http://
*